Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 10:36

J'ai entrepris un gros pavé : 888 pages, sans compter les notes et autres annexes dont ce bouquin est doté.

Un passage a particulièrement retenu mon attention. Une époque troublée, au moment charnière où la mécanisation de l'agriculture provoque le chômage des journaliers qui refusent le progrès et se révoltent.

Ce passage a mis en évidence la similitude entre cette époque et celle que nous vivons. Une société qui change est effrayante, il faut du temps pour comprendre, assimiler et s'adapter. Ce sont les moins formés, les plus démunis qui en pâtissent.

Ce sont ces moments d'adaptation douloureux (pour ceux qui n'ont pas la chance de se trouver dans le bon créneau socio-professionnel) qui font monter un sentiment national exacerbé, vite récupéré par des personnes elles-mêmes hors jeu. Repli sur soi, incompréhension de l'époque, absence de préhension de l'évolution et refus du changement se mêlent à une peur irraisonnée du lendemain. Quelques esprits malins récupèrent facilement les populations déboussolées. Prononcent des discours contre le pouvoir en place, dénoncent les manquements de l'Etat, font siennes des idées dont ils sont très éloignés, caressant dans le sens du poil les laissés pour compte. Et prêchent la bonne parole via une vision restrictive des événements. Cette récupération existe à chaque moment de période troublée. Elle exerce une espèce de fascination chez ceux qui ont peur de perdre même ce qu'ils ne possèdent pas. Ainsi naît le nationalisme, le resserrement des frontières et pour peu que des étrangers "envahissent" le pays, l'exacerbation du sentiment patriotique grandit, enfle et induit des réactions violentes.

Oui, nous sommes à une époque charnière parce que la mutation technologique provoque un chômage de masse, qu'on ne voit plus qu'à court terme et qu'on manque d'imagination. Pour dépasser ce cap, il faudrait une vision dûment expliquée, savoir parler vrai et non pas jouer sur le doute et la peur du lendemain. Tout se joue entre les tenants du pouvoir et les récupérateurs de la colère. Les uns n'allant pas sans les autres.

L'instabilité actuelle, le doute permanent, l'impression que les équipes dirigeantes ne comprennent rien à rien provoquent des réactions imprévisibles et à la moindre anicroche, le pays s'enfonce dans une déprime généralisée. Avec tout cela inclut de colère et de possibles soulèvements.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche