Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 21:46

J'avais totalement oublié qu'il y avait rassemblement des mécontents aujourd'hui à l'appel des syndicats. Et je découvre avec stupeur que ces manifs de la grogne ont dégénéré car des casseurs, notamment à Paris, se sont immiscés dans la foule pour mettre le bordel. D'où des réactions des forces de l'ordre assez musclées qui ont fait des blessés des deux côtés. Pas étonnant : en 1968, un enseignant de l'école de Police de Saint-Cyr à côté de Lyon avait carrément dit que la police recrutait parmi la racaille afin de faire de la provocation en marge des manifs, racaille formée, selon ses dires, par la police elle-même (laquelle, ne me le demandez pas, je connais pas le milieu de l'ordre public). Est-ce vrai ? Peu importe.

Toujours est-il qu'il en est qui profitent de la contestation pour casser du flic, des vitrines, des bagnoles... Qui tapent pour le plaisir, qui cognent pour retourner les forces de l'ordre contre les manifestants même pacifiques. Triste société où la liberté est de plus en plus contrainte et dans laquelle un petit nombre met à profit le désarroi pour induire une violence policière et pas que. Vous aimeriez qu'on vous cogne alors que vous revendiquez pacifiquement ? Certainement pas. Alors vous riposteriez et feriez en sorte de n'être pas le seul à gagner des orions douloureux.

C'est tout de même regrettable que quelques uns sèment la panique et attisent la violence. C'est d'autant plus injustifié que ces rassemblements disent le désarroi et la colère dans lequels se trouve la population. Une population qui se fâche parce qu'elle se sent grugée par les politiques et la politique. Tant d'espoirs étaient nés de l'alternance... Tout le monde a cru que le retour de la gauche ferait bouger les lignes, qu'il serait entendu et compris. Las, rien n'en a été. Il est vrai que l'on met tous ses espoirs dans le changement, parce qu'on estime que la gouvernance politique est là pour améliorer la vie du citoyen et non pour la pourrir. Or, les hommes politiques, coincés entre leur idéologie et les réalités sociales, économiques, politiques, tentent d'agir dans le sens citoyen, mais ils sont confrontés à la dure vérité d'un monde en plein bouleversement et donc contraints de prendre en compte les difficultés provoqués par la mondialisation, les marchés financiers, les relations internationales ainsi que par l'évolution inéluctable d'une société qui refuse le changement. Pas simple.

Si certains ne bougent pas le petit doigt, d'autres assument et défilent. Parce qu'ils veulent faire comprendre leur insatisfaction et leur désespoir. Aussi, quand les provocations et les ripostes se déchaînent, ils sont pris en sandwich entre deux violences qui s'affrontent et se complètent. Il en est ainsi depuis la nuit des temps, malheureusement. Ce n'est donc pas demain que défiler se fera sereinement. Pas davantage que le débat ne peut être serein : le cumul des incompréhensions est bien trop douloureux pour que la population veuille sagement patentier. Elle ne demande qu'à être écoutée, comprise. Elle attend qu'on lui explique le pourquoi du comment, mais ça, les politiques n'ont pas encore compris qu'elle était mature. Sans doute est-ce pour cela que ces déchaînements violents perdureront. A ne pas savoir écouter, expliquer, l'impatience saisit tout le monde.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Société
commenter cet article

commentaires

Florentin 08/05/2016 16:20

Si la police le voulait, le carré des casseurs serait vite circonscrit et isolés. mais, nos gouvernants ne le souhaitent pas. ils veulent que ça cogne, quitte à risquer quelques blessures parmi les forces de l'ordre. il faut, comme tu le dis, décrédibiliser les manifestants. La manoeuvre est vieille comme le monde. On pensait que la gauche n'entrerait pas dans ce genre de saloperie. Mais, on se trompait. C'est à désespérer.

râleuse ex 02468 02/05/2016 12:26

très longtemps que je ne suis venue , ici et ailleurs!! un ras le bol sans doute .....
il est évident que parmi les casseurs il s'y cache quelques "flics".....et ça , depuis toujours ......comment expliquer que ces quelques trublions qui au vu et su de tous cassent et dégradent, ne soient pas interrompus dans leur saccage?, on laisse faire , et, ensuite on tape sur ceux qui n'ont rien a voir avec ces quelques enragés.et, le "bon peuple" se laisse avoir par ces manœuvres faites pour "décrébiliser"les manifestations toutes pacifiques
pour ce qui est des "nuits debout" il n'y a pas que des "bobos" , preuve en est que je connais quelques uns des participants qui en sont loin, et n'en déplaise a "nesci marc" seuls quelques allumés, et pas d'extrême gauche en plus, cherchent la bastonnade ,ces quelques écervelés pourraient être empêchés de nuire , mais ils sont très utiles aux politiques

nesci marc 03/05/2016 11:14

Raleuse ,à l'époque de Charles Pasqua le Tartarin de Tarascon Corse ,on les appelait les " Voltigeurs "
Amitiés Occitanes et Cathares
marc nesci

nesci marc 29/04/2016 11:43

J'aimerai bien voir la tête de leurs parents ,des " Bobos " d'extrême gauche ou des déçus de 68 ,des jeunes qui se cultivent à l'internet caché ,des privilégiés qui taguent les magasins ,qui brûlent les voitures ,qui font la baston avec les forces de l'ordre avec des pavés des boulons des bouteilles des barre à mines ,non je suis un homme de gauche moderne ouvert et tolérant mais je ne cautionne pas ces jeunes cons ,excuse moi pour mon langage mais 'ai failli mourir d'un grave virus et maintenant je n'ai plus de compassion pour les " C........ds"
Amitiés Cathares et Occitanes
marc

Nikole 29/04/2016 09:46

Le pouvoir de l'argent aux commandes du monde. Qui annihile tout le reste et permet la main-mise sur l'humain et sur ses idées. Je ne parviens plus à être optimiste pour l'avenir, l'âge "aidant", je fatigue sur ce point. J'ai longtemps vécu avec ce proverbe en tête : "L'espoir est ce qui meurt en dernier" Et je sais qu'il faudra(it) agir ... mais comment ? Comment ? Votre texte raconte les limites. Las !

Le Mousquetaire des Mots 29/04/2016 10:23

Bonjour Nikole, L'espoir est ce qui meurt en dernier dites-vous. je ne l'avais jamais entendu, mais par expérience je sais que c'est vrai. Ne dit-on pas "tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir" ? Et c'est vrai qu'on tente désespérément de conserver un peu d'espoir. Espoir et désespoir, un tout mêlé dans lequel on oscille constamment. On espère toujours voir une petite lumière au bout des tunnels que l'on emprunte. Nous sommes donc indécrottables et c'est parce que nous pensons que demain sera meilleur qu'aujourd'hui et moins bon qu'après-demain qu'on se retrouve coincés entre l'espoir et le désespoir. Serions-nous de perpétuels optimistes malgré nous ? Ou bien, avons-nous atteint le fond de toute espérance ? Avec l'âge, on perd les illusions de la jeunesse, et il paraît que c'est ainsi qu'on parvient à la sagesse. Mai si la sagesse est synonyme de désespérance...

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche