Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 00:37

C'est vrai qu'au bout de quatre ans et de réformes qui contrarient tout le monde, les sondeurs savent manier le verbe et établir des critères dont ils veulent tirer toute la substance afin d'en déduire les bonnes conclusions, les courbes sont loin d'être ascendantes. Je finis par me demander si les instituts spécialisés ne font pas la pluie et le beau temps en politique. Après tout, la masse est malléable et pour peu qu'elle manifeste un rejet, il suffit d'user de tournures de phrases pour faire dire ce que l'on veut. Vous êtes-vous déjà plié à des tests ? Je l'ai fait et j'en ai conclu qu'à trop se précipiter de répondre, on tombe dans tous les pièges tendus. C'est bien là tout l'art des tests, de quelque sorte qu'ils soient. Et bien évidemment, il en va de même pour les sondages.

Certes, on ne peut nier l'évidence de la déception ni non plus celle du mécontentement grandissant. Mais à l'ère de la communication, les opinions sont instables et sujettes à variation. Les politiques eux-mêmes se mettent en scène via des communiquants professionnels, écoutent ce qu'ils leur susurrent et parce qu'ils sont avides de conseils, ils ne peuvent que se soumettre aux diktats de cette maudite communication qui est tout... sauf de la véritable communication. En fait, il n'y a aucune pédagogie dans le rapport institué par les gouvernants. La masse laborieuse est laissée dans l'ignorance de ce qui se trame en coulisses, subit de plein fouet les décisions prises en petits comités et ne peuvent que courber l'échine face au pouvoir.

Sauf que la masse ne l'entend plus de cette oreille. Le temps n'est plus où la contestation n'était que l'oeuvre de quelques uns. Elle se retrouve en plein air, libre de ses actes car les syndicats n'ont plus de vrai pouvoir. Des mouvements spontanés naissent, des groupes se forment, palabrent, échangent, tentent de trouver des solutions. Ces réunions sur les places laissent les gouvernants dans le plus grand trouble. Souvenez-vous, il n'y a pas si longtemps, des coordinations naissaient, généralement menées par de très jeunes gens. Pour les contrer, ceux qui tenaient les rênes du pouvoir refusaient de discuter avec leurs représentants : seuls les syndicats pouvaient être leurs interlocuteurs. Quantité négligeable donc que ces protesataires, parce que bien trop jeunes pour prétendre engager la conversation avec le pouvoir. Aujourd'hui, ils manifestent si bruyamment qu'ils sont reçus et arrachent des avancées insoupçonnées. Est-ce mieux que les contestations d'hier ? Rien ne le dit.

Le pire dans tout cela, ce ne sont pas tellement ces rassemblements, mais plutôt ce qu'il se passe à côté. Certains avancent subprepticement, reprennent les arguments des uns et des autres, surfent sur les vagues de la colère et posent les jalons pour l'accession au pouvoir. Elle est bien loin, dans la pensée de ces politiques, la fraîcheur de ces revendications. Il ne s'agit que de récupération pour se positionner. De plus en plus de gens, fatigués de tout et surtout des politiciens, penchent pour tenter une nouvelle voie. Ils ont déjà oublié comment des Hitler et autres sont parvenus au plus haut sommet de l'état et ont mis à sac l'Europe. Parmi la jeunesse qui gronde, ils ne sont pas encore très nombreux ceux qui se laissent leurrer par les discours fallacieux de ces gens-là). Mais jusqu'à quand ? La révolte est justifiée par une politique qui manque d'explications, d'aucuns en profitent pour venir faire leurs emplettes électorales parmi cette population dégoûtée, désengagée, lasse, sans plus aucune foi ou confiance en leurs élus. Dans un peu plus d'un an, ce sera le baptême du feu pour ces prétendants. Alors, voyons vigilants à ce qu'il n'advienne pas le pire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Analyse
commenter cet article

commentaires

geo 20/04/2016 09:31

les sondages, bien sur c'est l'art et la manière de montrer aux gens leur inconstance, le reste n'est que bla bla..

nuit debout un ramassis de paresseux qui croient savoir mais qui en fait n'ont aucun but....si ce n'est que la contestation festive....j'avoue qu'ils sont sympas il font cela la nuit pour ne pas perturber la vie diurne de Paris

bon en bref cette politique est une politique d'imbéciles...j'attends la prochaine...politique...bien sur
amicalement

felix 20/04/2016 07:29

concernant les sondages, il y a des questions biaisées et des mauvaises réponses. On fait dire ce qu'on veut aux sondages . Mon prof d'économie disait " la statistique est comme une femme bien bronzée : ce qu'elle montre est important mais ce qu'elle cache est essentiel !. "

Concernant les politiques , une seule réponse :
" le pouvoir rend con, le pouvoir absolu rend absolument con "

nesci marc 19/04/2016 12:17

Un bug (je continue ,les nuit-debout ,l'extrême gauche qui orne le trône de Sarkozy ou pire de Marine (la seule blondasse avec sa nièce que je déteste....)
Amitiés d'un rescapé!
marc

nesci marc 19/04/2016 12:15

Monsieur le mousquetaire ,je reviens tout doucement ,tout doucement..... et moi les sondeurs me font " caguer "ainsi que le Holland-Bashing ,le général avait dit " un pays qui a plus de 350 fromages est ingouvernable et même s'il a trahi les pies-noirs ,je pense qu'il avait raison ,les jacobins ,les girondins ,les Bonapartistes ,les conservateurs ,les progressistes....

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche