Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 10:48

 

Oui, l'a-t-il lu ce bouquin (La Grande Fracture) ? Moi oui. Ce fut long, ardu, pas toujours évident. C'est du lourd, du costaud, du solide. Une démonstration sans appel.

Je ne citerai que ce passage : "... on a parlé de l'innovation à tort et à travers... Permettre de mieux cibler la publicité (Google et Facebook), c'est important, mais est-ce comparable à l'invention de l'électricité, de l'ordinateur, du laser ou du transistor ?

... Le revers de la médaille de l'innovation est bien réel : si la productivité augmente plus vite que la demande, l'emploi et les revenus vont baisser... Autrefois, nous avions besoin de 70 % de la population active pour produire la quantité de nourriture nécessaire à notre survie. Aujourd'hui, moins de 3 % de la population produit plus que notre société ne peut consommer. Ceux qui ont perdu leur emploi ne vont pas forcément en retrouver ailleurs... On ne créera pas de nouveaux emplois si la demande globale est faible comme aujourd'hui."

Stiglitz parle des USA, mais ce qu'il décrit est commun à l'ensemble des pays de la planète. Le monde occidental est en faillite économique. N'évoquer que le domaine de l'innovation est imbécile, ne citer que les Services l'est tout autant. La poussée technologique est si puissante qu'elle réduit, pour le plus grand nombre, le champ des possibilités de travailler. En outre, la concurrence asiatique contrecarre la reprise occidentale.

Nos élites pensantes ont-elle lu ce bouquin ? Je crains que non. Mais même si elles se sont penchées sur cette étude, on dirait bien qu'elles n'ont pas compris l'erreur de tout miser sur un seul cheval : le retour de la croissance. Plus qu'hypothétique. Y'a plus de boulot, reste plus qu'à vivre de minima sociaux ou à crever.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Florentin 22/12/2015 08:02

Pour répondre à ton com. Vefblog, là où je suis, fonctionne a minima. Il n'envoie plus de messages et ne nous avertit plus quand on en reçoit un. Il n'alerte plus nos abonnés quand on pond un nouvel article. Apparemment , il n'y a plus grand monde dans la cabine de l'avion. Le grand chef ne fait plus que de courtes apparitions; On est comme orphelins. On attend sagement et patiemment que les choses reviennent à la normale. En attendant les "modérateurs" et correspondants (dont Calie) se débrouillent pour faire vivre la baraque. Le vote ? C'est interne à Vef. Tous les mois un nouveau "blog du moment " est élu par les adhérents. Pour décembre, c'était moi. On fait actuellement de nouvelles élections pour celui qui trônera en Janvier. Les "extérieurs" à Vef ne sont pas concernés. Bonne journée. Florentin.

Le Mousquetaire des Mots 22/12/2015 11:39

Intéressant ce que tu me dis. Au fond, il n'y a plus que le dévouement pour faire tourner la baraque. Triste constat. Pas étonnant qu'il y ait autant de bénévoles (associations caritatives entre autre). Et ça n'est pas près de changer : les intérêts du plus grand nombre ne convergent pas vers ceux de quelques privilégiés.

Florentin 21/12/2015 11:09

On est arrivés dans une impasse. Le travail pour tous, c'est fini. On pouvait être au plein emploi quand on avait besoin de bras pour continuer à produire. Aujourd'hui, on est face à deux problèmes : on a tout, on n'a plus besoin de rien, plus besoin de beaucoup produire (même si on continue de vouloir e faire) et, surtout, on n'a plus besoin d'ouvriers, les machines les supplante avec succès. Alors, c'est mathématique, il y a de plus en plus de gens sur la carreau. Il va nous falloir vivre autrement. Mais comment ? Il faudrait de l'imagination et desserrer les verrous posés par les possédants. Comme tu le vois, il y a du boulot !

Le Mousquetaire des Mots 22/12/2015 11:40

petit bug dans ma réponse : 0 leur décharge => O = à

Le Mousquetaire des Mots 22/12/2015 11:36

Bonjour Florentin, OB est en meilleur état que Vefblog : je reçois les derniers potins bloguesques. Nettement plus pratique. Je reprends ton com : oui, on est dans l'impasse. Il va bien falloir en arriver à sectionner, tronquer, réduire le temps du travail. mais les chantres patronaux du boulot ne l'entendent pas de cette oreille : ils veulent en revenir à la semaine de 40 h, voire davantage. 0 leur décharge les charges sociales bien trop importantes, surtout pour les PME. Oui, le temps du partage du travail est là, la société devra s'adapter, partager, faire des coupes. A condition que l'état n'augmente pas en taxes diverses ce qui est déjà versé. Je présume que sur ta retraite, tu auras noté une hausse de ce que tu perçois, mais que les taxes ont aussi pris leur envol. Je me souviens d'une époque où, quand j'avais une augmentation, d'une année sur l'autre, le salaire ne variait (je parle du net). Parce que les cotisations Sécurité Sociale augmentaient également. Les augmentations s'annulaient ainsi d'elles-mêmes. Pou en revenir au travail, il manque un peu trop. Aucun génie créatif ne se pointe à l'horizon. Et pendant que le simple travailleur s'arrache la tignasse, d'autres profitent de bulles qui rapportent gros. L'homme moderne est cerné par les technologies, les utilise, mais au détriment d'une manière de vivre qui a fait autrefois bien des heureux. Le progrès est un bien, je te l'accorde, mais est-il normal que ce soit au détriment de ceux qui n'ont pas la chance d'être bien nés ou de n'avoir pas dépassé un certain cap d'études ? Voici le propos d'un père au chômage : "Que vont devenir mes enfants si je n'ai pas de travail ?". Ça m'a fendu le cœur. Que pouvais-je répondre à cela ?
Ce qui est certain, c'est qu'aujourd'hui, plus personne ne peut compter faire le même boulot toute sa vie. On le voit déjà parmi les jeunes. Et ça ne va pas s’arranger. Moralité : ils devront apprendre à se recycler. comme carrière, il y a mieux, non ?

jean-claude thibault 11/12/2015 17:52

La baisse de la quantité de travail nécessaire est historique. La mentalité entrepreneuriale ne rêve que profits. Il faut lire Pierre Larrouturou et sa démonstration de la semaine de 32 heures en 4 jours. Les sociétés internationales sont devenues l'ennemi de 90 % des travailleurs de toutes natures. Pour éliminer les politiciens actuels, voire le travail en cours sur la Constitution d'une 6ème République. Cela bouge.

barovin 10/12/2015 17:35

En réponse à ton com sur mon blog. Pour la sixième République, çà devrait être simple. Il faut soit un référendum soit les 3/5 des deux assemblées pour l'adopter. Mais dans les deux cas, il faudrait que ceux qui confisque la démocratie le veuillent bien( c'est à dire les cumulards du PS et de l'UMP.....pas gagné...pourtant ils ne représentent même pas 50 % des inscrits sur les listes électorales). La montée du FN va peut-être leur faire comprendre que la cinquième République peut permettre à un parti ayant 40 % des votants ( et beaucoup moins des inscrits) d'avoir les 3/5 voire plus en sièges ....Voilà ce qu'il faut dénoncer au delà du risque du FN (C'est cela la démocratie confisquée). Pour la construction de la nouvelle société écologique et sociale, respectueuse de l'environnement et de l'humain où le bonheur ne sera plus lié à la consommation...je crains qu'il faille un séisme (guerre, FN au pouvoir national) et que cela ne se fera pas dans la sérénité et la sagesse....comme autrefois la société de Conseil national de la Résistance s'est construite au sortir de deux guerres atroces...Ainsi malheureusement va l'histoire humaine (ou inhumaine parfois). Essayons toutefois de faire entendre raison à nos concitoyens. "Il faut opposer au pessimisme de la raison, l'optimisme de la volonté " (Gramsci)

barovin 09/12/2015 18:12

Moins de boulot, mais plus de richesses à partager...Chiche si on changeait de logiciel économique et social. Si on partageait le boulot et les revenus au lieu de rechercher comme nos dirigeants ( de droite et de Gauche surtout molle) la croissance qui résoudrait tout>. Sauf que ce n'est plus possible. Il faut aller plutôt vers la recherche du bonheur dans une societé de décroissance et de bien être tout en gardant l'évolution technologique nécessaire (santé notamment). Mais je crains que cela ne puisse se faire sans un séisme qui rebattrait les cartes et les atouts. Car ceux qui les détiennent ne voudront pas en entendre parler et ils s'accrochent à leur pré-carrés? Les 1% les plus riches posséderont plus que les 99% restants en 2016 dans le monde. Il faudra aussi réinventer la démocratie, pas celle qui actuellement confisque le pouvoir au profit d'une petite frange de la population (La France) et aller vers une sixième République qui prenne en compte le non cumul des mandats, les mandats limités à deux cession, plus de parité hommes/ femmes, plus de mixité sociale...tout ce qui pourra assurer le renouvelement des personnels politiques et conséquemment des idées....

nesci marc 07/12/2015 16:25

On peut argumenter ,faire un laïus interminable ,lire des bouquins de divers économistes ,des prix Nobel d'économie ,il me semble que depuis prés de 230ans ,c'est toujours les petits qui trinquent que ce soit dans les cinq continents ou dans les pensées des diverses religions!
L'immigration n'a rien à voir ce sont les occidentaux qui ont occupé tour à tour ces différents pays ,pillant les richesses et cela continue en Amérique ou Asie ,on massacre les forets pour l'huile de Palme et comme il faut des jeux et du pain ,on nourrit les pauvre pesos avec une coupe du monde de football ou des jeux Olympiques (Coca ,mac do ,Nike ,Adidas et cie) se gavent et la vie continue ,voila pourquoi j'écris de la poésie!
Amitiés à tous et à toi Fred
Marc

geo 07/12/2015 15:21

les racines du mal sont bien plus profondes et anciennes, et vous avez raison, Gattaz, un maladroit qui n'a pas l'envergure de ce qu'il devrait être..maintenant le code du travail, pour avoir été artisan je sais ce qu'il représente en bien mais surtout en mal, il est a l'image de notre société lourd, sclérosé, rétrograde...contraignant jusqu'à l'absurde....les patrons comme l'état ne pourront rien faire ils sont menottés par un système , notre système par répartition, menottés par un syndicalisme suranné, archaïque et sans intelligence..l'état lui est menotté par son dogme d'égalité de largesse sociale...
Que veut l'entrepreneur, plus de souplesse dans la gestion de son personnel, c'est tout : la diminution des charges est un autre problème qui ne sera résolu qu'en cas de sévère diminution de chômage, il veut pouvoir embaucher et licencier sans problème...j'explique, l’entreprise a des commandes elle embauche, l'entreprise est en baisse de charge elle doit licencier...voila c'est simple et pour le licencié pas de problème puisque l'indemnisation est là...c'est un peu un équilibre, voila ce que demande l'entrepreneur...

maintenant que des bacheliers, la faute a un certain Mitterrand qui a lancé l'idée de 100% de bachelier, si bien que ce diplôme ne vaut plus rien d'où la caissière qui ne compte plus heureusement car elle ne sait pas.... le syndicalisme ne défend que ses propres intérêts et en plus ne signifie plus rien...ce ne sont que de piètres partenaires..

etc...etc.....et vous avez raison, il y a à faire dans TOUS les domaines, éducatif, social, syndical...des réformes qui peuvent ne pas faire plaisir (les retraites l'alloc chômage)...

et puis stoppons de financer n'importe qui pour n'importe quoi, ...Stoppons aussi et désolé de le dire cette immigration qui ne nous apporte que très peu en valeur ajoutée(intellectuelle, artistique...) mais qui gangrène notre société....oui moi je vois cela tous les jours chez moi...

et puis...et puis....

bien amicalement

geo 07/12/2015 14:08

était ce bien nécessaire de lire ce bouquin? personnellement je ne le pense pas car il suffit de regarder/
je m'explique il y a 40 ans avoir du travail était une rigolade, aujourd'hui c'est un sport, le progrès en est en effet une des cause..la mécanisation, la robotisation a fait des ravages dans les rangs ouvriers manuels (les sans diplôme disent les socialos)..et on regarder, on a constater ...
mais qu'avons nous fait....RIEN...réduction en masse de la recherche et développement (je sais de quoi je parle) , réduction des écoles d'ingénieurs...
L'on a préféré le tertiaire des bureaucrates et on a laissé filer la valeur ajoutée..et puis les asiatiques, mon dieu les chinois eux ils travaillent, eux ils innovent, eux ils se moquent pas mal de nous ils étaient en retard et aujourd'hui ils dominent, mais voyons c'est notre faute, nous nous sommes laissés faire...

Maintenant il n'y a plus de boulot dites vous, c'est vrai ..alors on s’assoit et on attends, voila la politique socialiste : direction l'assistanat...la croissance ne viendra que si l'on décide de ce bouger, arrêtons de nous regarder le nombril et de tendre la main, arrêtons de ne vouloir être que le boulet de notre France...

Mais nos élites savent très bien tout cela mais leur intelligence ne l'assimile pas, un ENARQUE n'a jamais été capitaine d'entreprise...car il ne sait ni géré les gens ni géré les comptes....et qui nous gouvernent?
amicalement

Le Mousquetaire des Mots 07/12/2015 14:36

Bonjour Géo,

A-t-on vraiment laissé faire ? je n'en sais fichtre rien. Je ne fais que constater que tout va mal, que les décisions prises ne sont pas les bonnes, qu'il faudrait vraiment retrouver des emplois et donc que le chômage baisse. A qui la faute ? je ne voudrais pas me montrer d'une mesquinerie infecte, mais un certain Gattaz a bousculé le gouvernement pour créer un million d'emplois. Or, les réductions de charges accordées ont été sans effet. Maintenant on s'attaque au code du travail (il n'est pas le seul à devoir être réformé) mais ce n'est pas ce qui permettra aux sans diplômes de trouver un job. Il faut avoir le bac pour être caissière à Carrefour (alors qu'il n'y a rien à compter, la caissière ne fait que scanner les produits enregistrés en amont dans les réserves). Comment veux-tu caser le premier clampin du coin, sans bagage réel ? On ne pense plus que diplôme. Quelle foutaise ! ce ne sont pas les diplômes qui font l’individu : s'il est con, il reste con. Parmi les bêtes à concours, il y a ceux qui réussissent à passer devant les autres et ceux, plus intelligents qui ratent (j'en ai connus). Ce qui est certain, c'est qu'il y a trop de technocrates qui, comme tu l'as fait remarquer, n'ont jamais eu un emploi dans le civil ou dans une entreprise. Le problème, c'est que leur expérience est uniquement livresque, fussent-ils excellents dans leur domaine. S'attaquer aux problèmes à la racine, ils ne savent pas faire. La théorie, c'est bien beau, mais la réalité c'est nettement mieux. Ce qui manque actuellement et fort cruellement, c'est une révolte généralisée. Ben oui !

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche