Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 12:18

Voilà un moment que je n'ai rien écrit. Et pourtant... Mon malaise ne fait que grandir. Rien ne va. Mon humeur s'en ressent. Non que je sois grognon, mais ce je ne sais quoi qui provoque un dégoût profond me retient durablement. Alors aujourd'hui, je me force à revenir. Car il le faut bien. Tous ces moments gênants, troublant ma sérénité ordinaire, font que je sais qu'il faut passer outre et sacrifier au commentaire d'événements très divers. Il ne s'agit pas d'actualité brûlante ou explosive, mais de bien autre chose. Un tout mêlé bien embrouillé, sorte de nœud gordien à trancher rapidement et surtout définitivement. A force de scruter ce qui induit à être dans l’incapacité d'exprimer, je pose enfin mes valises. C'est très simple : j'explose. Je ne supporte plus rien. J'ai, je crois, trop voulu ne pas décrocher et ma persistance à fouiller du regard ce qui m'entoure, à tendre l'oreille pour percevoir ne serait-ce qu'un murmure n'a créé que désespérance. Le mot n'est pas exact. Les agaceries ressenties ici et là sont devenues énervements, écœurements, révoltes. Au point de claquer la porte du blog. Il me fallait revenir sur ces ressentis pénibles que je ne qualifiais pas. En fait, il s'agit de trop-plein.  Oui, ça débordait de partout. Et comment faire pour contenir ce flux ? Pire qu'un problème de robinet qui fuit. C'est rare que je ne parvienne pas à mettre un nom sur ce qui me perturbe.  Une absence de conscience dérangeante.  Il était préférable que j'abandonne le clavier jusqu'à ce que je résolve ce problème.  Pour écrire, j'ai besoin de calme et de sérénité, sinon il devient impossible d'avoir un minimum de recul et donc une certaine objectivité.

La vérité est simple : je ne supporte plus les commentateurs officiels (entendez par là les vedettes de la petite lucarne). Le détonateur ? L'émission "C dans l'Air", une émission parmi d'autres, a déclenché le mécanisme de rejet. . Mais que faire face à cette invasion quotidienne qui traite du dernier petit bout d'actualité ? Tous experts. Quel que soit leur domaine de prédilection. Toujours les mêmes têtes (pas antipathiques pour autant) interrogées et qui font comme si elles détenaient un bout de vérité (la leur en tout cas). On s'interroge, on s'interpelle, on discute le bout de gras, bref, on bavasse et j'étais là, d'une passivité effarrante, comme si je plongeais dans un coma hypnotique. C'était devenu très dérangeant avant même que j'en prenne conscience.  Jusqu'au jour où  j'ai émergé de cet état étrange (ce n'est pas sans me rappeler le morceau de scotch du Capitaine Haddock). Il y avait quelque chose qui ne collait pas. Ou plus.

L'inconscient a des détours bizarres. Il accumule les données, les compile sans le savoir et puis, brutalement, la solution est là.  Effet coup de poing garanti.  Je croyais prendre la température du monde et des événements alors que je subissais le joug d'une certaine bien pensance. Ca ne m'était jamais arrivé. Il m'a fallu du temps pour reconnaître cet état de "dépendance".  En quelque sorte, j'avais perdu tout sens critique. L'horreur absolue !

Je continuerai cependant à ausculter le monde, mais avec un recul qui m'a fait défaut pendant cette période étrange dont je ne connais pas le début mais à laquelle j'ai posé un terme. Tout en sachant que je ne suis pas à l'abri de retomber dans le même travers. Sans doute faudra-t-il que je me remémore mon apathie pour ne pas sombrer de nouveau.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Dépendance
commenter cet article

commentaires

Florentin 13/11/2015 17:51

Une sorte de renaissances alors ? Bon courage, quand même !

Le mousquetaire des Mots 13/11/2015 18:36

Soupir ! Toi aussi tu n'es guère présent ces derniers temps. Tu te promènes ? Du courage ? il va m'en falloir car je monte en ce moments sur mes grands chevaux. Il y a matière et d'ailleurs, je vais reprendre mon article suivant et l'étoffer, histoire de déverser ma bile et montrer que je ne baisse pas pavillon.

on râle encore 10/11/2015 23:00

bonjour
moi aussi je déserte,et de venir ici ce soir et lire ce que tu y écris,a fait remonter a ma conscience, toutes ces choses que tu dis ;c'est exactement ce que je ressens .j'ai déserté la télé, france inter ,qui , chez moi était mon fond sonore , c'est tu,je n'y écoute plus grand chose, le vendredi matin François Morel,c'est a peu près tout.tous les "bonimenteurs" patentés me font rugir,alors , je préfère me taire , trop de hargne en moi pour que mes pensées puissent s'ordonner correctement.Alors ,j'attends tranquillement que mes états d'âme s'apaisent.

Le Mousquetaire des Mots 11/11/2015 01:30

C'est vrai que tu te fais rare et juste au moment où moi-même me pose la question de la pertinence de ce blog. J'essaie de rattraper mon retard, mais ce n'est guère évident. Même si je ne parviens pas tout à fait surmonter ce malaise, je n'ai pas l'intention de baisser ma garde et tant pis si j'écris moins souvent ou si j'étale mes pensées sur OB. Après tout, nous connaissons tous ces moments qui sont des déserts pires que le Sahara car aucune oasis n'est sur notre chemin. Écrire, c'est un peu résister - peut-être pas à la manière de Hessel - mais à la nôtre. Courage amie, ça vaut le coup de se laisser aller au découragement pour reprendre ensuite la plume. Si nous nous taisons, ça ne changera sans doute rien, mais être actif, c'est participer au monde, alors écrivons.
Amicalement

on râle encore 10/11/2015 23:03

bon , la colère me brouille l'orthographe , après "fond sonore "il me semble que "s'est tu" serait plus juste !!!

geo 09/11/2015 12:05

la bienpensance, les experts qui savent, la télé qui devient la seule fenêtre ouverte sur le monde que l'on veut que tu regardes,
et bien oui, moi il y a bien longtemps que j'ai un regard de dédain sur tout cela
Il y a bien longtemps que je conteste cet état de catatonie dans lequel on nous plonge
et cela au grand dam de certains..
Pour les blogs j'ai levé le pied..pour ma part moi j'ai pratiquement tout dit...
enfin ce que l'on a permis que je dise...
J'en ai marre de la pensée unique,
j'en ai marre que l'on me dicte mes mots
amicalement

nesci marc 08/11/2015 08:49

Je reprends ,anti-militariste ,dire " mort aux cons et " Dieu existe j'ai e......é le pape"
Amitiés ,pardon pour le bug (et les fautes d'ortho)
marc nesci

nesci marc 08/11/2015 08:49

Je reprends ,anti-militariste ,dire " mort aux cons et " Dieu existe j'ai e......é le pape"
Amitiés ,pardon pour le bug (et les fautes d'ortho)
marc nesci

nesci marc 08/11/2015 08:46

Le nœud gordien ,tout est dit ,je ressens exactement la même chose ,je ne ferai pas la même diatribe mais cette dépendance des médias ,commentateurs du moindre vent malodorant et donneurs de leçons commencent à me courir sur le haricot!
C'est la raison essentielle de mon écriture poétique car ne supportant plus tout cela je me réfugie dans ces mots retrouvant pzar la-même mes années Adolescentes ou l'on pouvait faire l'amour librement ,être ani-milita

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche