Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 02:01

L'horreur est là, sous nos yeux. Des fous de la kalachnikov ont sévi à Paris. Le bilan est lourd. De nombreux morts, de nombreux blessés dans un état grave. Le prix à payer, dans l'esprit des terroristes, pour notre participation à la lutte contre un état auto-proclamé. Ce n'est seulement une chair de poule, mais un sentiment horrifié face à un esprit sanguinaire au nom d'un Dieu (le beau prétexte) dont on sait qu'il ne passait pas son temps à guerroyer.

Que dire ? Et que faire ? Se taire ? Se terrer ? L'état d'urgence est déclaré. Les frontières sont fermées. Mesure dérisoire puisque ceux qui sèment la mort sont dans nos murs. Rester les bras ballants ? Agir, mais pour faire quoi ? Prier ? pourquoi pas. Penser à tous ces gens morts pour rien, à cause d'une folie incompréhensible, penser aux familles dans le deuil, aux déchirements des parents, à la haine après le désespoir...

En début d'année, Charlie Hebdo et maintenant sept lieux différents et davantage de cadavres. En très peu de temps. Juste celui de toucher au coeur de Paris. Le sommeil me fuit. A paris, j'ai de la famille, des amis. Je crains le pire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Guerre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche