Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 12:11

L'élection de Syriza soulève bien des espoirs. Et bien des récupérations. Inévitablement, chacun veut être partie prenante. Jusqu'au FN qui voit dans l'extrême-gauche un parti frère. En cause ? Le fait qu'elle dénonce l'austérité depuis X. Cela en fait-il pour autant une alliée de l'autre extrême ? Je doute que non. Bien sûr qu'il y a toujours matière à concordance d'idée. La différence se situe au niveau de ce que l'on en fait. On me dira que chacun surfe sur l'exaspération. C'est vrai, mais le sens de cette récupération est indéniablement différent : le FN joue avec les nerfs des citoyens et l'on sait que les français sont des râleurs-nées, des insatisfaits perpétuels. Ca dure depuis la nuit des temps et ça ne s'améliore pas. Sauf que les mêmes qui boudent les urnes, protestent dans leur coin, ne font plus entendre leur voix quand il s'agit d'action. Il y a en effet, en France, une force d'inertie qui consiste à ce que soit toujours l'autre qui démarre, s'engage et essuie les plâtres. De préférence du côté des fonctionnaires (qu'on s'acharne à décrier systématiquement parce qu'ils seraient des nantis, sécurité de l'emploi oblige). C'est vrai qu'être assuré de ne pas perdre son job est bien plus confortable que de se savoir la proie d'un patron qui n'a rien à battre des récriminations (justifiées de préférence) de ses employés ou parce qu'il considère que ceux-ci sont soumis à la loi du marché et que le carnet de commandes exige une comptabilité ric-rac.

Quelle différence entre ces deux partis ? La toute première, c'est que, si la partition grecque s'est jouée également sur l'exaspération, c'est surtout l'austérité et la portion même pas congrue dont bénéficiait le peuple (chômage grandissant, salaires coupés en deux, plus de système de santé, plus d'éducation et autres douceurs réservées par la troïka au nom du redressement du pays) qui a fait exploser les scores de Syriza. But affiché : renégocier la dette, octroyer des délais plus longs, bref, un vrai projet. En revanche, parce que notre pays n'en est pas réduit aux dernières extrémités, le jeu de la récupération n'est pas basé sur le manque de tout. Certes, le chômage est explosif, mais pour l'instant, sauf si l'on considère les augmentations des impôts, tout ne va pas si mal chez nous. Aucune parenté si minime soit-elle entre ces deux partis, aucune convergence de vue et de positionnement. Mais il faut sans doute attendre ce que le nouveau gouvernement grec en place fera. Cela ne sera pas facile.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu
commenter cet article

commentaires

Florentin 28/01/2015 20:56

On a peut-être introduit le loup dans la bergerie. Mais, accordons au nouveau premier ministre le bénéfice du doute ! De toute façon, il ne fera pas plus mal que la troïka qui a étouffé le pays jusqu'à une quasi-asphyxie. Cela pouvait durer encore dix ou quinze ans. Il était temps de donner un coup de pied dans la fourmilière ...

Jean Georges 28/01/2015 14:53

Bonjour Mousquetaire,
Je dois dire que je suis resté un peu "sur le cul" et j'ai jubilé à l'annonce des résultats de ce scrutin, lequel malgré les tensions, les menaces à peine voilées et les admonestations de plusieurs pays européen qui par leur propagande indécente ont tenté de changer le cours des événements.
Par contre je suis assez circonspect quand aux effets rapides que peut apporter aux grecs ce nouveau
gouvernement. Déjà on sent se liguer contre lui une opposition qui ne va pas en rester là et puis je me méfie beaucoup de certains pays, pas seulement les européens. Je crois aussi que les grandes banques ne vont pas avaler la pilule sans rien faire.
Oui je pense aussi que les Etats Unis ne vont pas rester inactifs. J'ai le souvenir d'un certain Salvador Allende élu démocratiquement au Chili, dont le gouvernement d'union populaire a été renversé par la force par une junte militaro-putchiste aidée en cela par la CIA entre autres. On connait la suite et la dictature qui s'en est suivie avec à sa tête le Pinochet de service.
Donc je me réjouis de ce résultat, en plus j'adore ce pays j'y suis allé plusieurs fois en vacances mais il y a deux ans on avait bien ressenti cette pauvreté latente et nous les touristes sans soucis majeur on ne se rend pas complètement compte du désarroi des gens mais là on avait bien vu que ça ne tournait vraiment pas rond.
J'espère en tous cas ne pas revoir le trop fameux régime des Colonels qui en son temps avait bien saigné ce pays. JG

nesci marc 28/01/2015 14:41

Une erreur de frappe s'est glissé dans mon article ,j'espère que le mousquetaire des mots aura rectifié!
Marc

nesci marc 28/01/2015 14:38

Et si on se faisait confiance et si chacun abandonnait un peu de ces privilèges pour se mettre au service du collectif ,on n'aurait pas besoin d'une "érection " à la seule vue de Tsipras ou Renzi!
A force de dénigrer (basher dirait-on maintenant) d'avoir supprimer tout ce qui faisait qu'on apprenait à vivre ensemble ,à force de donner de l'argent aux plus riches ,de stigmatiser les fonctionnaires contre le privé ,les jeunes contre les vieux ,les banlieues contre les agglomérations ,la droite contre la gauche,à force de se moquer de la France voila le résultat on en arrive à une récupération orgasmique qui va de "Gambadelis à Merluche et de la Blondasse à Dupont-feignant "
J'essaye un peu d'humour car j'ai bien d'autre chats à fouetter e et documenté ,notamment une jambe orthesique que je dois mettre le plus souvent possible pour mieux remarcher un jour!
Respects et bravo pour cet article fouillé et documenté
Marc

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche