Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 13:08

Puriste dans l'âme, je supporte difficilement certains aspects de la langue actuelle. L'exemple frappant par excellence (pour moi) est la manière dont l'évolution de notre langue maternelle n'existe que parce que les présentateurs télévisuels la font passer par leurs novations linguistiques. que rien ne justifie. Exemple : aujourd'hui, à propos des intempéries neigeuses ou pluvieuses, le préposé a énoncé que trois départements étaient en vigilance orange (je cite) "en Drôme, en Isère, en Ardèche". Tiens donc ! Un bon locuteur aurait dit dans la Drôme, l'Ardèche et l'Isère. Voilà comment il faut procéder à cette courte énumération pour que la phrase soit correcte grammaticalement. Il faut dire qu'il y a déjà un moment que nos journalistes s'expriment dans une langue qui ne respecte rien. Et ça remonte loin. Comme c'est insidieux, chacun s'empresse de copier cette "norme" totalement arbitraire, faisant fi de nos apprentissages et du beau parler.

Certes une langue vivante évolue, mais est-ce une raison suffisante pour la massacrer ainsi sans pitié ? Comme s'il ne suffisait pas que des mots anglais envahissent notre locution. Notamment dans les encarts (et non pas spots) publicitaires (mais oui, ça existe) où une mère dit à ses fils s'ils ont checké (je ne me souviens plus de quoi). Etant donné que les plages de publicité font florès sur le petit écran (soutien massif aux producteurs de télé), on ne peut pas s'étonner de ne plus savoir ce qui se dit puisque ces mots nous sont inconnus. Nous avons à notre disposition une langue très riche en vocabulaire, alors pourquoi, quand des mots existent déjà, s'amuse-t-on à prendre chez nos voisins des termes dont on ignore le sens (à moins d'être parfaitement anglophones) ?

Je mène un combat d'arrière-garde ? Oui, et pourquoi pas après tout ? Je n'ai rien contre les apports extérieurs quand on ne dispose pas d'un terme correspondant dans notre langue. Certains ont été francisés quand c'était possible (mezzanina (italien) devenu mezzanine. Mais truffer le langage de mots ou d'expressions anglo-saxons alors que la correspondance existe en français est inutile et très bête. Il s'agit en fait d'une mode exlusive, en ce sens qu'on largue nos propres mots pour user d'autres (challenge = défi, challenger = adversaire, winner =vainqueur,  check = vérifier, cocher, etc.). Comme si la volonté de supprimer le français était affichée, tout en étant suffisamment subtile pour qu'on ne s'en aperçoive que trop tard. A la longue, à force d'employer une foule de termes étrangers, on finit par les utiliser sans y prendre garde. Ils entrent donc dans le système de manière tout à fait insidieuse jusqu'à le déformer pour que, habitués à manier des vocables dans une mixture approximative, on adopte ce charabia jusqu'à l'oubli total de nos origines. Ce n'est plus parler une langue, c'est fabriquer une accoutumance à une autre réalité, façonner un apprentissage quasi indolore mais définitif. Récemment, j'ai relu le texte original du traité sur la tolérance. Oui, le français d'aujourd'hui est bien différent de cette époque-là, cependant, il est encore lisible aujourd'hui, parce que le socle est commun, fondé sur une base identique à celle des italiens, espagnols, portugais... : le latin. Ce ne sont pas les différences de graphie qui m'empêchent de saisir le sens des mots et même si certaines lettres sont visuellement et graphiquement trompeuses, ma compréhension n'en est pas affectée.

Je suis un vieux cheval sur le retour, il n'empêche, parce que je considère que ce qui fait l'unité première d'une nation est la langue maternelle qui nous permet de nous comprendre, d'échanger, d'être d'accord ou en désaccord, de s'apprécier. Cette richesse est commune à nous tous, pourquoi la saccager ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Langue française
commenter cet article

commentaires

Ségaline 22/01/2015 17:55

Un combat d'arrière-garde? Allons, non c'est juste que comme moi tu dois être complètement "has-been", parce que maintenant pour être "in" il est de bon ton, pardon il est plus "cool" de checker (oui ils ont même francisé l'anglais "to check"!) ses mails que de regarder son courrier électronique. C'est tellement plus rapide aussi, c'est ça le problème, l'anglais a l'air plus rapide et comme dans notre société aujourd'hui tout va de plus en plus vite...

Florentin 22/01/2015 10:44

Merci de ta contribution à mon "ananlyse" (un bien grand mot en l'occurrence) du tableau de Jean-François Millet. Tu as su dire de cette toile ce qui peut ou doit en être vu. Dans les tableaux que je présenterai, je ne me placerai pas sous ce rapport, mais plutôt sur leur histoire et ce qui a motivé leur naissance. merci encore. A plus. Florentin

Florentin 20/01/2015 18:35

Pas facile de laisser un com chez toi ! Puriste, je le suis, moi aussi, mais si je me permets parfois des facilités de langage. Pour éviter, en restant trop classique, un peu ennuyeux. Mais, je fais très attention à ne pas utiliser d'autres mots que les nôtres.. Cei étant, tu le soulignes aussi, les langues actuellement parlées sont vivantes et s'enrichissent d'apports divers, voire étrangers. Il faut l'accepter. En résumé, je crois qu'il faut être vigilants, mais ouverts. A plus. Florentin

Blanche de Marseille 20/01/2015 16:17

Ah...moi aussi combien j'aime ton article ! Alors cher Mousquetaire , on va se payer la tête de ceux qui n'aimant pas cette langue Française si belle , s'appliquent à l'éradiquer systématiquement ! Ces gros nuls qui n'aiment rien tant que s'afficher, n'ont pas compris qu'ils sont "OFF" alors qu'ils se croient "IN" Laisse béton comme disent les jeunes (mais eux j'aime leur langage imagé ) Les perles ne sont pas pour les cochons et nôtre langue est faite de perles !

jfvionnet 20/01/2015 09:47

Ayant appris assez bien l'anglais à l'école, et ensuite utilisé couramment dans ma vie professionnelle, je ne puis qu'être d'accord avec toi, et chaque fois que j'entends le mot nominé, je bondis, alors que nous avons dans notre vocabulaire, le mot sélectionné. L'occasion m'est agréable pour te transmettre mes amitiés.

nesci marc 19/01/2015 16:50

Géo a raison cet article " déchire sa race" ,il faut marcher dans les rues et se tenir à 2 pas de nos écoles primaires secondaires et lycées pour prendre peur!
Nos chères têtes blondes ont des langages de kaira ,ça va bien si tu mets en rayon ou à la caisse mais pour un poste d’encadrement c'est un peu juste d'ou le malaise actuel!
Respects du cabestan

geo. 19/01/2015 15:46

ah!!! je "kiffe " cet article...euh....j'aime cet article
tu as parfaitement raison...
mais voyons si ce n'était qu'à la télévision où la langue est massacrée, mais il y a l'école, où certains professeurs parlent le langage de rue....oui, même à l'école..
amicalement

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche