Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 01:17

Pourquoi me direz-vous, ai-je retenu deux femmes ? Tout simplement parce que la première, qui vit en Grèce et qui est musulmane, ayant droit à la succession de son époux par devant notaire, se la voit contestée et donc retirée au prétexte que les femmes de religion musulmane n'ont aucun droit, au regard de la charia, Elles n'ont pas d'existence propre et, apparemment, ne peuvent être indépendantes. Cette femme, après avoir contesté devant les juridictions grecques (qui ont entériné la décision religionnaire) fait appel de cette décision arbitraire devant la cour de justice européenne. Et elle a bien raison. C'est contraire aux droits des femmes et comme la Grèce est membre de l'Europe, qu'elle a accepté le droit européen en s'agrégeant aux autres pays, elle ne peut prendre une telle décision contraire aux principes du droit européen.

La seconde est une jeune femme iranienne de 26 ans qui a été exécutée par pendaison pour avoir poignardé son agresseur qui voulait la violer. Elle aurait agi en état de légitime défense, Mais le tribunal n'a rien voulu savoir, parce que la famille du décédé a refusé de lui pardonner son crime, seul cas où une exécution peut ne pas devenir effective. Etrange conception du droit.

Ces deux cas sont emblématiques d'un certain obscurantisme. Comment peut-on aujourd'hui avoir une vision aussi restrictive quant aux droits des femmes ? Dans un cas comme dans l'autre, je note que la femme n'a pas de droits égaux à ceux des hommes. On lui nie les fondamentaux de toute existence au nom de la charia. Décidément, les religions feraient bine de ne s'occuper que du dieu qu'elles représentent et laisser le soin à des spécialistes le soin de s'occuper de la justice.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans Femmes
commenter cet article

commentaires

Faute grave 16/11/2014 21:12

Je suis bien sûr totalement d'accord avec vous sur le côté abominable du second cas et sur le fait qu'il faille protester. Ce que je voulais dire, c'est que le pouvoir iranien étant malheureusement sourd à toute protestation, seuls les iraniens pourront un jour (le plus tôt possible, j'espère) réussir à faire changer ce qui se pratique en Iran vis des droits de la femme et aussi de l'homme.

Le Mousquetaire des Mots 17/11/2014 10:02

Les révolutions (et donc les évolutions) ne se font que de l'intérieur. Hélas ! Notre impuissance à influer sur ces faits est caractéristique d'une diplomatie en panne, sans doute parce qu'elle préserve des relations afin de ne pas couper tous les ponts. Mais est-ce bien sain ?

Faute grave 03/11/2014 14:45

Tout comme Ségaline, je suis absolument stupéfait que la Grèce puisse faire prévaloir un pseudo-droit religieux sur le droit applicable de source démocratique. On peut heureusement penser que les juges de la Cour de justice européenne sauront changer cela.
Pour le second cas, c'est effroyable, mais il serait illusoire de croire que nous puissions faire changer les lois iranienne. Ce seront les iraniens qui le feront. Mais quand ?

Le Mousquetaire des Mots 16/11/2014 20:28

Il existe au moins ce recours. L'Europe peut donc avoir de bons côtés. Espérons que cette commission saura trancher dans le sens de cette femme.
Quant à la seconde femme, cela reste abominable. Et ce n'est pas parce qu'on ne peut imposer le respect de la vie qu'on n'a pas à protester contre cette abomination. C'est tout simplement un déni de justice (l'homme a donc tous les droits, même celui d'agresser plus faible que lui) et une atteinte à la morale humaine, et par l'agresseur et par les juges.

Ségaline 30/10/2014 07:51

Concernant le premier cas, les bras m'en tombent! La Grèce appliquerait donc la charia avant le droit grec ou européen?! J'ignorait qu'après sa crise financière ce pays était aussi en pleine crise idéologique et était devenu un Etat musulman... on ne nous dit jamais rien! La séparation de l'Eglise, quelle qu'elle soit, et de l'Etat, quel qu'il soit, devrait être un principe universel et obligatoire!
N'était-ce pas Marx qui disait que la religion est l'opium du peuple? Eh bien point de salut pour l'humanité en dehors d'un sevrage massif. Je respecte les croyances des autres, les miennes étant très approximatives, mais je ne comprends pas que l'on puisse avoir aucun esprit critique ni libre arbitre.

Le Mousquetaire des Mots 16/11/2014 19:49

C'est tout simplement du lavage de cerveau. Il doit y avoir des pressions par derrière pour que le droit tout court soit ainsi bafoué.

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche