Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 06:50

En ce moment, c'est du grand déballage d'intolérance qui se fait jour. Comment rester indifférent face à ces propos qui fusent et montrent que la haine de l'autre n'est pas enterrée et que le droit à la différence n'existe pas ? Déjà que c'est insupportable d'entendre vomir des injures racistes mais quand il s'agit d'élus qui tombent dans cette soupe-là, il n'existe pas de mot pour qualifier leur attitude. C'est de la provocation à l'état pur : un élu est responsable aux yeux de ses concitoyens car il assume une charge et se doit d'être un exemple. Alors comment ces gens-là osent-ils proposer comme plat principal une attitude haineuse ? Il ne faut pas s'étonner si, par la suite, les simples citoyens se comportent mal puisque ces gens-là (avec tout le mépris que cette expression exprime de ce que je ressens) les incitent à être monstrueux ? L'attitude des élus justifie celle des pauvres en cervelle. Je veux bien admettre que l'humanité n'est pas parfaite, qu'elle a des failles et se montre sous son plus mauvais jour, mais de là à accepter de me taire face à la bêtise la plus abjecte, au rejet de l'autre, à la négation de la différence, non. J'ai honte qu'on puisse élire des individus qui, par leur mandat, sont tout le contraire de l'exemplarité. Oh, certes, ils sont exclus de leur parti, mais le mal est fait.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article

commentaires

sixtine-39 18/11/2013 16:40

Eh oui, voilà bien pourquoi la politique n'a pas droit de cité dans mon existence, que je préserve de tous ces relents nauséabonds que le quotidien nous assène ... Droite, Gauche ... tous les mêmes magouilleurs et profiteurs ... berk, cela me soulève le coeur !
Bien le bonjour, ami Fred ; je viens de retrouver Ségolin ! Biz

Le Mousquetaire des Mots 18/11/2013 21:50

Bonsoir Sixtine,

Ça fait plaisir d'avoir ta visite. Je pensais à toi en me demandant ce que tu devenais. Je suis comme toi, la politique m'exaspère,mais je résiste à l'envie de me taire. Je crois que c'est nécessaire de dire ce que l'on pense. Peu importe qu'on soit écouté ou lu : le tout est de lâcher ce que l'on ressent. Cela permet d'y voir plus clair. Certes, droite ou gauche, c'est kif-kif bourricot. Encore que pas tout à fait. Si la crise avait été réglée, nous n'en serions pas à nous arracher les cheveux. le premier des mensonges remonte au début de cette mauvaise crise : renflouement des banques qui n'ont rien perdu de leur superbe et ont remboursé avant même l’échéance, cette croissance qualifiée de molle pour ne pas reconnaître qu'elle était totalement atone, voire inexistante. ans plus tard, on en est au même point. Tout augmente sauf les salaires ou les retraites. On parle de flexisécurité au travail, de mobilité (un mot à la mode). Si lez chômage des jeunes décroît un peu, le reste s'aggrave. On n'en voit pas la fin. En bref, on est démobilisés, déconcentrés, désespérés. A quand le bout du tunnel ? Encore quelques années difficiles en perspective. Mais ça changera. Forcément. Ce n'est pas de l'optimisme béat, mais la conclusion qu'avec la prise de conscience, on sait désormais qu'il faut en baver pour s'en sortir. Pas drôle, c'est vrai, mais on ne peut guère faire autrement que d'accepter ce qui nous est octroyé. Période de vaches maigres pour la plupart d’entre nous. La vie m’a appris que tout a une fin. le tout est de garder assez d'espoir pour ne pas s'enfoncer dans la déprime. Alors je continue, de loin en loin, je regarde ce monde qui m'est inconnu et je sais que l'on viendra à bout de tout cela. C'est vrai, on trinque (et pas qu'un peu), on nous prend ce que nous n'avons déjà plus. Ou presque plus. La révolution ? Non, pas question. Essayons de subir ces fâcheries pour que nos enfants ne traînent pas vers les générations futures la désolation que nous connaissons. Après tout, nous ne sommes que de passage, soyons honnêtes : les générations n'ont pas à payer nos errements (même si la folle conduite de nos gouvernants est seule responsable. Il faut toujours du temps pour remonter une pente qui nous a conduits au précipice. Avec de la persévérance, nous y arriverons. Parce que rien ne dure jamais éternellement et que vient toujours un moment où le monde se reprend, bouge, et inverse la vapeur. C'est vrai, nous ne sommes pas au bout de nos peines (et elles sont nombreuses), mais malgré tout, il y a toujours une lueur dans le lointain. Sachons alors regarder vers ce point encore masqué par la nébuleuse de nos tourments actuels. C'est cela l'espoir, et rien d'autre.
A très bientôt Sixtine. Amicalement

Florentin 16/11/2013 16:55

Qu'ajouter de plus à ton pepier ? Je suis totalement d'accord avec ton propos. Nos élus, comme tous les responsables, ont un devoir d'exemplarité. Mais, au moins, quand ils se lâchent (le colère ne se contrôle pas toujours), qu'au moins ils fassent amende honorable et s'excusent. Ceci étant, il est des injures, des propos si haineux, qu'ils deviennent impardonnables... Bon week-end. Florentin.

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche