Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 19:16

Le ras-le-bol est si perceptible que le gouvernement se précipite pour annoncer qu'il va entreprendre une consultation afin de revisiter la fiscalité. Bien, très bien ! Mais est-ce le moment ? Cette annonce à grand renfort de médiatisation est-elle judicieuse ? Est-ce bien le moment ? Y a-t-il un projet dans les cartons qu'on peut dégainer ?

Des questions, encore des questions. Alors que nous sommes le pays le plus taxé (au moins pour ce qui est des salariés, parce que les grandes entreprises...), on nous dit régulièrement qu'il n'y aura pas d'impôt nouveau, qu'on fait une pause... Bref, on nous mène en bateau. Tout ça parce que la reprise n'est pas là, qu'il faut réduire les déficits, combler le trou de la dette. Les plus fins experts en matière d'économie chantent la même messe : baisse des charges sur les entreprises, baisse du coût salarial, baisse des dépenses. Avec l'augmentation de la TVA au 1er janvier, ce n'est pas demain que la baisse des prélèvements obligatoires sera à l'ordre du jour.

Du coup, le moral est en baisse et même en berne. On ne voit rien venir qui puisse faire rêver ou tout simplement sourire du coin des lèvres. Il ne reste que le désespoir. Mais l'égoïsme étant un sport national, chacun ne voit midi qu'à sa porte : les catégories professionnelles descendent dans la rue, en ordre dispersé, chacune de leur côté, les syndicats sont absents, même les élus murmurent puis grognent et exigent un changement réel. Hélas, les promesses doivent être tenues et notre pays s'est engagé à rééquilibrer le budget. On a de plus en plus la conviction d'aller dans le mur. C'est vrai au moins en partie. Mais on refuse de considérer les obstacles engendrés par la crise de 2008 qui a permis de faire s'écrouler un monde ultra-libéral, sans cependant considérer que la disparition de son pendant naturel (le communisme) entraînait inéluctablement sa déchéance. La remise en question n'a pas eu lieu et aujourd'hui on pratique le placébo en espérant qu'il fera son effet, le temps de trouver le remède approprié.

Les temps sont durs, on en a marre, mais pour l'instant nous ne sommes pas la Grèce. Pour l'instant, malgré les tentations récemment dévoilées de taxer les économies (on a tellement rogné sur tout  afin de vivre non pas aux crochets de nos enfants, mais dignement en assurant par nous-mêmes le petit supplément qui viendra compléter une retraite de misère), nous ne sommes pas encore la Grèce, mais Chypre est en Europe et comme cet état, nous pouvons connaître la même mesure, la main basse faite sur le pécule péniblement amassé en vue des vieux jours. Il y a eu recul, mais pas sur tout.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots - dans actu finance
commenter cet article

commentaires

segolin183 16/12/2013 21:32

Il faudrait arrêter les rapports et les tergiversations ,changer de premier ministre resserrer le gouvernement et lutter pied à pied pour chaque reforme! j'ai l'impression que le seul qui se bat vraiment c'est Montebourg et surtout taper du poing en Europe! on a dit non à la constitution et le petit nous l'a fait passer par le parlement (maintenant on le paye avec la directive Bolkestein et le dumping dans les pays en pointe comme nos " amis Allemands " qui font travailler l'Europe de l'est en les payant à coup de lance-pierre ce qui nous fait une concurrence déloyale contre laquelle il est difficile de lutter! Il faut expulser Barroso d'urgence.... aux prochaines élections européennes!
J'adore les blondes ,mais je n'ai pas l'âme marine (et pourtant j'habite au bord de l'eau)
Amitiés Marc (je ne suis pas venu car depuis j'ai changé d'ordi et il a fallu un temps d'adaptation)

sixtine-39 28/11/2013 17:36

Nous sommes lucides, mais notre lucidité est-elle véritablement une bonne chose si elle ne peut rien changer ? Les prochaines échéances électorales vont nous faire revivre les mêmes séances d'hypnose et tout sera joué, que dis-je " rejoué " , exactement de la même manière, peut-être pas avec tout à fait les mêmes, mais quelle importance ? N'est-on pas plus heureux à se tenir loin de tout ce sinistre chantier de démolition de notre si beau pays ... ? Amitiés.

Florentin 27/11/2013 20:08

Rien à opposer à ton raisonnement. Ce quui, au, fond, n'est pas très réjouissant. On aura, nous (moi en tout cas), tiré notre épingle du jeu, Nous avons vécu comme si la crise ne devait jamais venir. Mais,je ne suis pas très oprimiste pour nos suivants. Et ce parce que le monde semble bien incapable de changer de système économique, celui qui fait les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Mais si concurrence, il doit y avoir qu'au moins elle se fasse de manière équitable. Ce qui ne se fera jamais. .Nous sommes condamnés aux délocalisations, donc à la pauvreté. PS : Et, en plus, il fait gris et froid !

La Ségaline 21/11/2013 08:24

Mais non tout va bien, les Français retrouvent un moral d'acier depuis la victoire de l'équipe de France de foot! Incroyable: une bande bras cassés qui arrive à se dépatouiller in-extremis, ça fait rêver non?! Franchement, on nous prendrait pas un peu pour des ... Faut-il que les gens soient futiles et irréalistes au point de se ragaillardir grâce à un simple divertissement. À moins que les médias ne nous infantilisent à plaisir...? Non, mais non...

Le Mousquetaire des Mots 23/11/2013 09:05

Bonjour Ségaline,
Eh oui, les bleus vont au Brésil. Cocorico ! Des bras cassés, dis-tu ? Pas tant que cela puisqu'ils ont réussi leur passage. Mais tu as raison, ce n'est pas ça qui me redonnera le moral. Encore que je ne sois pas encore tout à fait au fond du trou. La gloire de la France se situe ailleurs et si nous sommes un grand pays, ce ne sont pas ces branquignolles qui lui apportent sa notoriété. Pour ce qui est des médias, oui, ils participent largement à l'infantilisation de la masse. Entre la peur qu'ils distillent savamment, leurs commentaires outrés à propos de petits riens, leurs critiques à propos de ce qu'il se passe actuellement, les sondages, quand ils ne les commandent pas, dont ils répandent le venin, on est plutôt mal partis. La liste de leurs méfaits est bien trop longue pour qu'on la cite intégralement. Mais que diraient-ils vraiment si un événement essentiel, gravissime se produisait ?
A quand une embellie ?

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche