Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 19:32

 

Ça y est, j'ai enfin retrouvé ma troisième main. Je peux à nouveau songer à publier un article. Pour l'instant, je me contente d'aller sur les blogs des copains et laisser mes commentaires. Mon retard est plutôt monstrueux, mais je vais m'employer à reprendre le fil. Après ces longs mois sans connexion, cela me soulage de retrouver une U.C. en état de marche. Le pied ! Et même si Karak me conseille de n'être pas l'accro débile qui ne respire plus parce que son foutu engin est en rade, cela me satisfait d'avoir à portée de paluche l'engin démoniaque qui me relie au reste du monde. Certes, j'ai perdu l'habitude de commenter l'actualité, de me pencher sur les méfaits de la société moderne, de dénigrer tout ce qu'il se passe parce que cela ne corresond pas à mon ressenti, mais je peux très aisément me laisser piéger par la facilité qui consiste à s'asseoir face à un écran, le clavier bien en mains, les idées claires (ou loufoques, sinon sinistres) et me livrer sur le réseau au jeu de l'échange aveugle. Je ne connais pas mes interlocuteurs, et c'est bien cela qui est fascinant, découvrir X ou Y, tisser des liens sur la toile, ces rencontres qu'on n'aurait pas imaginées il y a quelques 20 ans déjà, quand internet n'était que professionnel et que Unités Centrales et périphériques n'avaient pas encore envahi tous les foyers. Au fond, est-ce nous qui avons domestiqué le réseau ou bien est-ce le réseau qui nous a domestiqués ? Je n'ai pas la réponse, mais je sais que sans ce diable de réseau, je me sens devenir carrément manche, comme si on me tronquait d'une part de moi. D'une part bien plus importante que je ne le soupçonnais. Sans doute devrais-je m'interroger plus avant, tenter de décrypter cette addiction saugrenue. J'en ai tout le loisir, mais je sais avec certitude que je ne me livrerai pas à cette auscultation approfondie qui me ferait douter de mon état mental. Je préfère m'absoudre tout de suite car à quoi bon se poser des questions quand on a conscience qu'on peut vivre sans tout cela, sans ce tissu social anachronique que l'on se crée au cours de ses pérégrinations sur la toile ? Il y a comme un confort moral à se savoir en lien plutôt que reclus dans une solitude infernale. Et puis, il faut bien le reconnaître, c'est tellement plaisant de découvrir chez d'autres les mêmes préoccupations, les mêmes opinions ou leur contraire. Au fond, ce mode de communication permet de rencontrer, au moins virtuellement, des gens dont on ne saurait jamais rien si internet n'existait pas. Ce mode de partage n'est pas exigeant en soi, c'est nous et nous seuls qui acceptons qu'il le soit. Sans doute parce que cela nous arrange et que nous avons davantage envie de nous ouvrir au monde que de nous en éloigner. Les tours d'ivoire sont d'un autre temps.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mousquetaire des Mots
commenter cet article

commentaires

Florentin 30/10/2013 17:06

Quand j'ai commencé mon blog; il y a au moins cinq ans, mon petit-fils (informaticien de métier) m'avait dit : "Fais gaffe, tu vas tomber dans la marmite et tu ne t'en rélèveras pas." Il avait raison. J'ai pusieurs fois stoppé, pour reprendre le fil de ma vie de tous les jours, et je suis revenu. Pas facile de se débarrasser de cette addiction. Faut croire qu'on y trouve des avantages. Dont le principal, à mon sens, ne tient pas à ce qu'on exprime sur la toile (encore que), mais aux échanges qu'on entretient avec les "copains".

Le Mousquetaire des Mots 03/11/2013 08:36

Bonjour Florentin,
Je passe te voir régulièrement et je goûte tout ce que tu mets en ligne.
Tu as raison, ce sont les échanges qui nous accrochent, nous retiennent et font qu'on revient toujours, même si de manière sporadique.
Pour l'instant, j'en suis aux balbutiements de l'apprentissage de la nouvelle formule d'O.B. Une vraie galère. Je ne peux que répondre qu'avec retard aux visiteurs : le système a bien changé et je ne reçois pas d'alerte. Pas évident pour moi donc d'avoir la correction de répondre. Si j'avais su l'imbroglio que c'était, je n'aurai pas cliqué aussi vite. Je m'en mords les doigts, regrette les anciennes fonctionnalités, nettement plus évidentes. Globalement, O.B. a commis une grosse erreur et verra sa notoriété en souffrir : plus d'un blogonaute s'en ira sur une autre plate-forme. Le tout sera d'avertir les "copains" pour qu'ils migrent vers ce nouvel espace internesteque.
Bon dimanche en famille. Amicalement

Pangloss 27/10/2013 18:05

De retour? Ce n'est pas trop tôt!

Le Mousquetaire des Mots 28/10/2013 05:23

Ne me dis pas que je te manquais... Un retour encore poussif puisque j'entame la reprise des relations établies depuis un certain temps. Ce n'est sans doute pas demain que je vais reprendre le fil de la conversation : la nouvelle formule d'OB m'échappe encore. Pour faire bref, je suis encore en période de test.

La Ségaline 25/10/2013 11:40

Fichtre, tu es donc sacrément atteinte toi aussi...

Le Mousquetaire des Mots 03/11/2013 08:39

Ah ça oui, je suis atteint. Un sacré virus qu'à mon avis il sera difficile d'éradiquer. Et nous sommes quelques irréductibles qui ne renonceront pas facilement à l'outil magique que le siècle dernier a mis en place. Un sacré coup de génie, non ? Mieux vaut ça que la petite vérole.

geo 24/10/2013 19:29

bonjour Fred..
bon retour dans ce monde des inconnus, ce monde où le virtuel peut devenir réel, ce qui n'est pas sans danger..
tu te poses la question de qui a domestiqué l'autrela réponse est pourtant simple si tu te promène sur la toile, les réseaux dits sociaux, ce n'est pas de la domestication c'est de l'esclavage...
l'humain pour la plupart est esclave de cette technologie de communication, portable, ordi....
et je me demande comment beaucoup feront si un jour les réseaux tombent en rideau....ce qui n'est pas exclu..
alors bon retour et à bientôt..
bien amicalement

Le Mousquetaire des Mots 03/11/2013 08:45

Bonjour Géo,

Tu as raison, que deviendrons-nous sans ce foutu internet ? J'ai goûté le sevrage pendant trois mois : dur de ne pas se sentir affaibli, tronqué, vidé... C'est pire que l'alcool, on dirait.

Le Mousquetaire des Mots 03/11/2013 08:43

S@t%n§ trucmuche... Je me suis encore gouré.

Jean-François 23/10/2013 23:06

Salut l'ami des blogs, moi aussi je n'écris plus très souvent maintenant que je suis sur FB, mais from time to time comme on dit en Angleterre.

Le Mousquetaire des Mots 03/11/2013 08:41

Bonjour Jean-François,
C'est quoi FB ? Ah oui, fessebouc. J'ignore superbement ce réseau social, ce que j'en entends ne m'inspire pas. Et comme je ne m'inscris pas, je ne peux contacter ceux qui s'y trouvent. (et ça, c'est très con car réducteur. Et quand on aime la liberté...)

râleuse ex02468 21/10/2013 00:49

et bien bonjour fred , une éternité que je ne suis venue là , car il me semble que tu avais un peu déserté , non???
il est bien vu cet article , mais il faut faire gaffe , car on est vite l'esclave de cette tour infernale !!!!
de plus ,les temps ne sont pas trop a la réjouissance dans ce monde politico-merdique
alors a bientôt ici même

Le Mousquetaire des Mots 23/10/2013 21:41

Bonsoir Râleuse. Quel plaisir de te retrouver ! Oui, j'avais déserté, mais faute de temps et puis une unité centrale qui vous lâche brutalement, ça ne permet guère de se soucier de dire quoi que ce soit ou de rendre visite aux copains. J'ai une foule de choses à commenter, mais pour l'instant, je traînaille, par flemme, faute de temps, et puis parfois je me dis que ça ne sert pas à grand chose. Mais j'ai le clavier qui me démange. J'espère reprendre du service plus vite que je n'ose l'imaginer. A bientôt. Amicalement

Présentation

  • : Le Mousquetaire des Mots
  • Le Mousquetaire des Mots
  • : Regard critique sur les mouvements du monde et impressions qui en découlent.
  • Contact

Recherche